Séminaire ANR Experts

Publié le 17 janvier 2019 Mis à jour le 17 janvier 2019

Séance du séminaire bimensuel de l’ANR Experts (Pratiques des savoirs entre jugement et innovation. Experts, expertises du bâtiment, Paris 1690-1790)

Date(s)

le 21 janvier 2019

De 14h à 17h, à l’université Paris Nanterre, Bâtiment (E) Clémence Ramnoux, 3e étage, Salle E305.
A l’occasion de cette séance, consacrée à l’économie, nous accueillerons :

Christian Bessy (Directeur de Recherche, IDHES, CNRS UMR 8533 – ENS paris-Saclay)

« Expertise et authentification »

Résumé de la présentation :

Uncertainty often arises around objects concerning the relevant qualities that determine their value in different markets. The existence of conventions of quality allows to reduce this uncertainty but these conventions can be used strategically. So, other resources must be mobilized to authenticate objects relying on sensed experience. In this contribution, we present first our model of expertise and we then adopt a historical perspective questioning the plurality of regimes of authenticity. This plurality depends on the conception of copying and on the different ways of attributing authorship between law and social norms. These sources of variation have changed the resources mobilized in authentication and thus its mode of organization and legitimation. The growing importance of scientific and legal guarantees in the current exchanges of high-value goods reflects the creation of a market for authentication and raises the question of its regulation.

 

Nicolas Pinsard (Doctorant, CEPN, CNRS UMR 7234 – Université Paris 13)

« Évolution des offices entre le XVIe et le XVIIe siècle en France : la marchandisation d'un appareil d’État »

Résumé de la présentation :

Les offices sont la base de la structure administrative et bureaucratique de l’État français au XVIe et XVIIe siècle. Des modifications profondes vont se jouer au cours de cette période à partir de la constitution des parties casuelles en 1522 jusqu’à la ratification de l’édit du droit annuel en 1604. En raison des nécessités de financement de l’État pour financer notamment ses guerres, les offices vont voir leur essence se transformer. Un processus de marchandisation de cet appareil d’État s’opère dès lors à cette période. L’article met ainsi en exergue que la financiarisation des finances étatiques émerge simultanément à la construction de l’État. Le cas français se singularise par le rapport symbiotique entre la financiarisation et la « forme État » au sens de la Théorie de la régulation.


Séminaire organisé par :Michela Barbot, Robert Carvais, Emmanuel Château-Dutier et Valérie Nègre

Mis à jour le 17 janvier 2019